Baudchon Baluchon – Valérie & Christian Baudchon Rotating Header Image

En descendant la Patagonie …

Route du sud de la Patagonie

Droit devant ! Route typique de la patagonie ... heureusement, la côte est plus découpée !


C´est gros, ça pue, ça fait du bruit ... mais c´est mignon quand même !De l’inoubliable péninsule Valdès, après laquelle nous avons quitté tous nos amis, nous gagnons ce 26 Novembre 2009 une immense plage isolée, la Playa Isla Escondida, située à une centaine de kilomètres de là. Nous y sommes les seuls êtres humains et notre seule contrainte est de devoir cohabiter avec un groupe d’une dizaine d’éléphants de mer qui passent leurs journées et leurs nuits à lézarder sur le sable en poussant de temps à autre un espèce de râle impressionnant, joliment situé entre le rot et le pet, qui fait rire les enfants aux éclats – comme vous pouvez aisément l’imaginer – et qui, régulièrement, se projettent du sable sur le dos avec leurs bras (nageoires ?) pour éloigner les insectes volants qui les dérangent. Nous ne verrons que très peu de courageux aller jusqu’à la mer pour faire trempette…

Deux jours après, nous visitons le site de Punta Tombo, la mecque du pingouin. Là, des dizaines de milliers de couples sont en train de s’occuper de leurs bébés, tout juste nés. Avec leur démarche si rigolotte, ils font d’incessants aller-retours jusqu’à la mer pour chercher de quoi les nourrir. Nous assistons aussi à une prise de bec (!) entre deux pingouins qui finissent à moitié ensanglantés : pas si pépères que ça en a l’air, les pingouins !
Après une bonne balade et une observation attentive des nids (Chloé s’arrête à chaque fois qu’elle  voit un bébé, on a de quoi y passer la nuit !!!), nous repartons toujours plus au sud, un peu pressés par Léna qui est incommodée par les odeurs marquées de ces bestioles. Elle se promène désormais avec une pince à linge dans la poche, au cas où !…

Après avoir longés la côte par une jolie piste , nous arrivons à Camarones, petit village d’un millier d’habitants situé sur le littoral, où nous rencontrons un couple bien sympa de retraités, Patrice et Thérèse qui voyagent en combi VW (nous les recroisons régulièrement depuis, il faut croire que tous les voyageurs font le même circuit !) et où nous faisons la connaissance d´un couple de français, Caroline et Stéphane – avec leurs trois enfants – qui sont arrivés quelques mois auparavant pour lancer ici même une activité d’aquaculture.

Ils nous font découvrir leur futur lieu de travail, une crique splendide et évidemment il ne faut pas cinq minutes à Christian pour déjà se renseigner sur le prix des terrains (forcément, habitués à nos prix exorbitants de France, c’est ici le rêve, si -et je dis bien si- on peut supporter l’isolement – la première “grande” ville étant à plus de 150 kms…). Nous restons vraiment admiratifs devant leur ambitieux projet ! Et merci à eux pour leur accueil … de ce côté, ils tiennent déjà des argentins !

Avantage d´un garage : une grande surface plane pour réparer les cartes ...Un peu plus au sud, nous faisons une halte, et même un dodo, au garage Ivéco de Comodoro Rivadaria pour faire une petite beauté à notre tampicar préféré, puis, rapidement (enfin façon de parler car il s’agit de 400 kms de paysage désolé – la fameuse  steppe patagone – avec pour seule “animation” dans cette monotonie une station service  et du vent, toujours du vent! ), nous rejoignons  Puerto San Julian, bien connu pour être la baie dans laquelle Magellan s’est abrité pendant l’hiver 1520 et où il a dû faire face à une terrible mutinerie (non je vous assure je ne suis pas en train de recopier Le Routard mais c’est un sujet sur lequel je suis maintenant un peu calée, je viens de lire la biographie de Magellan ! Et les dates sont encore toutes fraiches…)

Sur la costanera, la réplique grandeur nature du bateau de Magellan “Victoria”, que nous visitons, nous permet de réaliser à quel point les conditions de navigation de l’époque étaient difficiles et terriblement inconfortables. Le guichetier nous fera patienter deux bonnes heures avant de pouvoir y accéder, des groupes “importants” (3 bus) de touristes arrivant à chaque fois au même moment que nous ! Au final, pour nous récompenser de notre patience, nous aurons le bateau et le guide pour nous 5, le tout gratuitement …
Depuis la même costanera où nous avons élu domicile pour deux nuits, nous pouvons apercevoir, assez près de la plage, des dauphins de Commerson, noirs et blancs – les fameux “toninos”- que Christian n’arrivera pas à photographier, à son plus grand désespoir !

Nous avons aussi la chance (!) d’avoir désormais un Mac parfumé au jus concentré d’ananas (dont la composition est, je cite : Agua, jugo concentrado de anana, ACIDO citrico etc…) : en effet, Léna, lors de notre rituel petit moment de détente du soir (l’ apéro, quoi !) n’a rien trouvé de mieux que d’en renverser sur l’ordinateur de travail de Christian ! OUAOU !!!  Comme vous pouvez l’imaginer, il y a eu une super ambiance chez les baluchons après ça, un peu comme sur la vidéo prise au début de notre voyage et qui en a marqué certains !…Bref, depuis son séchage, nous avons maintenant un mac un peu handicapé…de port USB.

Encore plus au sud, nous visitons le très beau parc de Monte Leon,  partagé entre  la steppe patagone, des collines majestueuses et une côte aux falaises impressionnantes. A nouveau, dans un site magnifique, nous rencontrons une quantité incroyable de pingouins  qui nous accueillent par un concert de cris et d’éléments olfactifs  très prenants, spécialement pour Léna (encore merci la pince à linge !).
Et le lendemain matin, après une nuit très venteuse,  nous avons l’agréable surprise d’être entourés d’un groupe d’une dizaine de guanacos (sorte de gazelles, le cousin patagonien de la vigogne des Andes, doté d’une fourrure beaucoup moins calorifuge) accompagnés de leurs petits. Pendant un long moment, ils restent autour du tampicar, les petits crapahutant un peu partout sur la falaise. C’est un véritable festival !Pas facile pour les enfants de se mettre au cours du CNED dans ces conditions !  Mais leur prof tyrannique (moi en l’occurrence) veille…

Sur le chemin du retour, c’est une petite colonie de lions de mer que nous verrons, très rapidement cependant, car le vent qui y souffle à ce moment là est si fort qu’il manque de nous faire tomber de la passerelle qui y mène. Les filles, un peu terrorisées,   restent accrochées à moi et malgré ça, on a du mal à se tenir debout !

Terre de feu en vue !

Devant un panneau pareil, comment faire demi-tour ?

Passé ce magnifique parc, les intérêts touristiques s’amenuisent et nous prenons donc la décision de tirer tout droit et de traverser le détroit de Magellan : puisqu’on descend, descendons jusqu’au bout … Il faut bien avouer qu’avant de partir, nous n’étions pas très motivés pour aller en Terre de Feu, au bout de laquelle se trouve la mythique mais touristique Ushaïa, des rumeurs circulant comme quoi le jeu n’en valait pas la chandelle. Mais plus nous descendons cette (très) longue et venteuse Patagonie, plus notre curiosité s’aiguise…  Après 3400 kilomètres de steppe patagone, nous ne sommes plus à cinq cents kilomètres près !
A nous la “Tierra Del Fuego” !

Article écrit  en Terre de Feu le 13 décembre 2009, au bord d’une plage désertique (une de plus) le long du canal de Beagle, au bout de la piste la plus australe d’Argentine- température 10° C avec du beau temps – mais ça, ça change rapidement ici !

 

(Si les albums photos n´apparaissent pas, ce qui semble être le cas ici en ce moment, pour une raison que j´ignore, vous pouvez aller faire un saut sur mon compte Flickr, les quatre derniers albums concernent cet article, qui est merveilleux comme son auteur(e) : http://www.flickr.com/photos/baudchon/sets/.)

Les éléphants de mer, presque rien que pour nous et de très près :

Et des pingouins, à Punta Tombo :

Camarones, un village de pêcheurs dont leur seul défaut est d´être assez venteux … pour le reste, c´est parfait !

Et la descente vers le sud, avec entre autres notre coup de coeur de la région, la magnifique réserve de Punta Leon :


11 Comments

  1. Amélie says:

    Encore une question bête (attention il faudra bien que tu y répondes à toutes les questions un jour!) : tu déplaces le camping car pour qu’il soit sur les photos, tu calcules son placement au moment de te garer ou bien tu as la flemme de le bouger pour ne pas qu’il soit dans le cadre?
    En tout cas ce sont encore des séries de photos magnifiques, et le récit tout léger de Valérie est très agréable. Au diable les ennuis il n’y a que les trésors de la nature et vous.
    Les éléphants de mer avachis dans le sable me donne envie de dormir. Ça doit être comique de voir cette masse se déplacer, ils y arrive mieux en roulant peut-être? A moins qu’ils soient surprenant d’agilité?
    PS pas rapport : c’est impressionnant de voir à quel point vos enfants vous ressemblent!

  2. Projet 93 : C’est quoi les poissons qu’on élève là-bas? Pour Valé: l’avion leger s’impose. Avec un pilote qui sait voler dans le vent violent (Valé elle -même peut-être?).

    Quand on voit les photos des enfants on peut dire au sens propre que ça “décoiffe”. Et les guanacos sont beaucoup plus “élégants que les vigognes.

    Patrice et Thérèse: les retraités en combi : ils ont un site? C’est pour montrer à Henriette qui veut voyager. (Bien sur pas en dessous de *****++)

  3. giber de niel says:

    Nous avons compris pourquoi CJ avait accepté de laisser Valérie écrire: en fait, il avait peur de se salir les doigts à cause du jus de fruit répandu généreusement par Léna sur le clavier, à moins que ce soit une stratégie féminine pour prendre la main! Heureusement que ce n’était pas du Coca-Cola (publicité gratuite) car les connexions auraient été définitivement détruites.
    Parmi les reconversions possibles pour CJ, celle de photographe animalier me parait bien partie. Et les modèles ne me semblent pas anorexiques; il y en a même beaucoup qui prennent complaisemment la pose. Petit rectificatif ,grâce à l’aide du Larousse: ce ne sont pas des pingouins (qui sont des animaux de l’hémisphère nord) mais des manchots, animaux de l’hémisphère austral, dont il existe 17 espèces!
    Bravo pour la rapidité avec laquelle Valérie a réussi à rattraper une grande partie du retard et à rejoindre l’extrême sud. Nous savons que la remontée est amorcée et il faudra maintenir le rythme.
    Merci pour les photos des enfants dans le vent . Quel effet cela fait d’être les regardants regardés? la famille baluchonesque regardée par la famille guanaconesque?

  4. Les Bousquet says:

    Qu’il fait bon faire un petit tour sur votre blog pendant qu’il pleut sur la Bretagne… les enfants en ont presque la mâchoire qui se décroche tellement leur bouche est grande ouverte…
    En ce 24 décembre, tous les Bousquet petits et grands et même à venir vous souhaite un très joyeux Noël, nous boirons un verre à votre santé ce soir! Continuez à profiter et à nous faire profiter de ce merveilleux voyage! Prenez bien soin de vous.
    A bientôt.
    Sandrine

  5. Amélie says:

    Joyeuses fêtes à mes aventuriers préférés. Comment avez-vous fêté noël, en famille dans le camping-car ou bien à la mode péruvienne? Des projets pour le nouvel an?
    Après la luge de noël je vais croquer de la pomme pour la nouvelle année, youhouhou! L’Amérique du Nord a ses trésors elle aussi.
    A bientôt, ne tardez pas à donner de vos nouvelles.

  6. Denis Roux says:

    Je découvre votre blog avec plaisir, Une famille avec 3 enfants, un camping car Laika kreos 3002, sur le continent américain, vous au sud nous au nord, que de similitude. Peut être nos routes pourrons elles se croiser? En tout cas bonne continuations et faites de belles découvertes pour 2010.
    Voyageusement votre
    denis

  7. Steph I says:

    Hello,

    je souhaite une bonne année aux voyageurs !
    que la route vous soit douce, et que les rencontres soient belles et enrichissantes!
    et surtout porter vous bien !
    on pense à vous

    bises !
    Steph I

  8. MINIZABI says:

    Bonjour à vous tous,

    Que 2010 soit belle, pleine de découvertes et d’aventures, pleine de rencontres et d’émerveillement…

    Continuez de profiter de votre voyage et continuez de nous faire rêver … on ADORE!!!!!

    BIZ
    Céline, Paul & Elsa

  9. Les Bousquet says:

    BONNE ANNEE 2010!!!
    Profitez à fond de cette aventure et prenez bien soin de vous! Nous vous embrassons tous bien fort.
    A bientôt sur votre blog.
    sandrine

  10. Mele says:

    Bonne année les baluchon !!!!!!!! Gros bisous et dépêchez vous de donner des nouvelles ou le blog va de nouveau être en retard…
    On pense bien à vous, et au risque de faire plein de jaloux et de faire exploser votre budget courrier : merci pour la carte d’ushuaia !! Elle trône sur le frigo (avec les 112 photos et chefs d’œuvre de crèche de lila)
    suerte pour 2010 !
    Lila Pierre Mele

  11. Johanne says:

    Très bonne année 2010 à tous les cinq !!!!
    On vous souhaite une très bonne continuation dans votre périple … qu’il soit rempli d’aventures inoubliables, de surprises agréables et de magnifiques découvertes !
    A très bientôt sur le blog,
    Johanne et Arnaud.

Leave a Reply to Les Bousquet Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *