Baudchon Baluchon – Valérie & Christian Baudchon Rotating Header Image

Voyage au dessus de quatre mille – Fin !

Attention, ça bout !

Attention, ça bout !

Etant seulement deux familles présentes le soir sur le site des geysers à plus de 4000 mètres d’altitude, jamais nous n’aurions pu imaginer la nuée de 4*4 et de bus qui arriveraient dès 6 heures du matin drainant leur lot de touristes (pour la plupart européens) afin d’ observer les geysers et les eaux bouillonnantes du Tatio (au passage, sur plus de 500 personnes que nous verrons ce jour là, plus de la moitié arriveront trop tard dans la matinée et rateront une bonne partie du spectacle).
Après deux heures passées sur les lieux dans une ambiance un peu surréaliste au milieu des projections et des vapeurs d’eau spectaculaires, le tout dans un froid saisissant, nous poursuivons la visite par les bains d’eau chaude, partagés entre l’envie de se prélasser dans cette grande piscine en plein air et une certaine crainte (au moins pour moi et les enfants !) du déshabillage et du rhabillage avec ce vent glacial (5 degrés au thermomètre)…

Finalement, toute la famille se retrouvera dans l’eau mais sera un peu déçue par sa température trop fraiche…On devient difficile !
J’en profite pour remercier Rodolphe et Corinne de nous avoir cédé un peu de gaz pour le chauffage du camping- car pendant la nuit passé au Tatio et avec lesquels nous avons battu notre record d’altitude pour un baudchon-baluchon-atacama-tatio-0680barbecue (4200 mètres) ! Et bonne route à eux qui prennent la direction de la Bolivie…puis de l’Asie.
L’avantage de se lever très tôt (voir le texte de Hugo), chose qui reste quand même exceptionnelle dans le camping-car des Baudchon (!) c’est que la journée, du coup, est bien longue et donc on peut faire plein de trucs comme par exemple refaire en sens inverse les 5 heures de pistes nécessaires pour rentrer à San Pedro de Atacama ! Mais personne ne se plaint car les paysages sont splendides et les vigognes très nombreuses au plus grand plaisir des enfants et de mon photographe de mari…C’est sur cette route qu’il en approchera une au plus près. Je ne dis pas qu’on s’arrête presque à chaque bestiole à quatre pattes mais je ne crois pas être loin de la vérité !
Sur cette longue piste d’une centaine de kilomètres, un passage à gué assez profond nous donnera quelques sueurs froides mais on arrive quand même à passer ! Dans la soirée, nous retrouvons notre parking, pas très glamour, de San Pedro pour une dernière nuit : ce n’est pas notre meilleur bivouac, loin de là mais au moins il a le mérite d’être gratuit …
Si le côté très touristique de San Pedro de Atacama ne nous a pas vraiment emballé, c’est par contre, incontestablement une bonne base (et d’ailleurs, ça tombe bien, c’est la seule !) pour rayonner dans cette magnifique région désertique.
Cette visite marque la fin de notre petite incursion au Chili d’une semaine et dès le lendemain, 19 octobre, nous repartons vers l’Argentine via le Paso de Jama (un col situé à 4200 mètres d’altitude). Toute la famille attend avec impatience de retrouver les bonnes viandes argentines et la dulce de leche (le voyage n’a pas tari notre gourmandise, au contraire !).
De ce côté là de la cordillère des Andes, les paysages sont toujours aussi grandioses : les montagnes ont des formes très douces et on retrouve toujours ces couleurs beiges- orangées que nous avons découvert ici, et que nous adorons. La route est excellente et nous savons maintenant apprécier le goudron à sa juste valeur, après toutes les pistes de ces dernières semaines ! Sur plusieurs centaines de kilomètres, nous devons croiser une dizaine de véhicules au maximum et le passage de la frontière est expéditif car les douaniers sont collés devant un match de foot Barcelone – Valence à la télévision … C’est sûr, on arrive bien en Argentine !!!
Après tous ces paysages uniques et toutes ces aventures vécues ces derniers temps, nous avons un peu peur que le reste du voyage nous paraisse un peu fade…Mais en avançant dans le nord- ouest argentin, nous sommes vite rassurés : les paysages des Andes, certes, changent mais sont tout autant spectaculaires. Les formes arrondies deviennent plus abruptes et déchiquetées et les vallées très larges se transforment en canyons plus ou moins encaissés (les quebradas) avec quelques routes en lacets aux descentes interminables : C’est sûr, une fois encore, les Baudchon-baluchon partent pour de nouvelles aventures, et pas des moindres…

Les Geysers du Tatio (plusieurs pages) :

Paso de Jama – passage du Chili à l’Argentine  :

 


15 Comments

  1. Nico&co says:

    Voilà quelques mois maintenant que nous (ma femme, mes 4 enfants et moi-même) suivons votre périple américain avec beaucoup d’envie.
    Chaque post est attendu impatiemment et votre récit nous conforte dans l’idée de suivre vos traces dès juin 2012…
    Félicitations pour votre super site
    Bonne continuation
    Nicolas

  2. Amélie says:

    Je trouve que vous vous lâchez plus sur les photos. C’est cool, vous êtes passés du coté touristes avec portraits traditionnels au coté aventuriers tout à fait à l’aise 😉
    Par contre vous avez l’air frigorifiés à coté des geysers, ce qui contraste d’ailleurs avec la baignade en maillot de bain juste après.
    Enfin, vive les pompons roses au coup des vigognes.
    Bienvenue à la nouvelle rédactrice 🙂

  3. vedrenne says:

    Waouh! ça fait toujours rêver de voir ces geysers!! on ne se lasse pas de ce spectacle et on se dot que l’on vit sur une terre bien magique et mystérieuse.
    Les photos sont toujours aussi fantastiques.

    C’est un plaisir de lire une nouvelle reporter de voyage: la vision féminine est toujours intéressante.
    bonne route en Argentine

    au plaisir de vous lire encore et toujours dans vos aventures.

  4. giber de niel says:

    Après ce nouveau reportage, nous sommes obligés de revoir notre vision de l’enfer: il y a bien les fumerolles, peut-être aussi l’odeur (bien qu’il soit difficile d’en juger!), les bouillonements, les bruits (là aussi difficiles à percevoir, quoique…!), mais ce sont les diablotins qui ne correspondent pas aux images traditionnelles: blonds, boudeurs, mal réveillés et visiblement frigorifiés! La nourriture aussi est surprenante: saucisses-nouilles…c’est plus proche du Mac Do (d’ailleurs, nous sommes surpris qu’il n’y en ait pas un d’ouvert au bord de la piscine, étant donné la fréquentation!).
    Parmi les cris de l’enfer (ou du paradis?) nous avons cru entendre “Vive la France”! Bravo de porter aussi loin nos couleurs, mais cela pourrait peut-être conforter les Américains dans leur vision de notre sérieux.
    Merci pour les belles images et le récit de Valérie.BISOUS A TOUS

  5. 1)Les vigognes, ça se mange??…Comme les baleines?….
    2)J’ai cru entendre un “Vive la France”.
    3)On attend un colis de Dulce de Leche. On vous envoie bien des colis , nous (D’accord ,ce sont les cours des enfants, ou des pièces pour la Boite à M….-c’est moins gustatif.)
    5)On attend un post de HUGO à l’occasion de son anniversaire.
    6)Je vais faire moins de fautes: j’ai remplacé mon clavier aux touches effacées par un super clavier à touches rétro-éclairées. Je peux même taper dans le noir…
    7)Que la rédactrice continue à nous faire des post’s: ça nous change et le style est plutôt bien aussi.
    8) Last but not least: il était intéressant l’observatoire d’ATACAMA?

  6. Moi aussi, j’aurais été en retard pour les geysers. Heureusement que vous étiez à l’heure pour pouvoir nous en parler.
    A force de regarder les photos j’ai fini par confondre les vigognes et les lamas. Heureusement qu’Albéric m’a donné un truc: les lamas ont des pompons, les vigognes n’en ont pas!
    A quand un post de Léna?
    Gros bisous.

  7. Jean-Carl says:

    Il y avait un petit moment que je n’étais pas passé sur votre blog pour cause de quotidien “fagociteur”.

    Je me répète mais quelle belle aventure ! Profitez et profitez encore (surtout Christian:-)

    Jean-Carl

  8. blandine dumont says:

    de retour de Normandie ; je vous l’accorde, c’est beaucoup moins exotique que vos contrées lointaines que vous continuez à nous faire découvrir fidèlement ; je vois un irréductible gaulois qui n’a pas eu honte de faire bande à part et de dire vive la france !
    Les photos sont toujours aussi intenses en couleur et dépaysement. Question : vous avez pensé à l’après périple ? vous allez jamais pouvoir revenir à une vie normale après toutes ces émotions fortes ? le quotidien français va vous plomber ??? ou alors ce sera une force pour retrouver le monde des gaulois !

    allez, gros bisoux à tous les cinq

  9. Johanne says:

    On vient de découvrir avec grand plaisir ton récit , Valérie.
    Bravo pour ces jolies photos des geysers du Tatio … on se régale toujours autant.
    Mais, au lycée, on attend avec impatience une petite carte postale !!
    Bonne continuation à tous les cinq, bisous, Johanne.

  10. mele says:

    je réagis un peu tard mais je n’avais pas pris le temps jusque là de regarder la vidéo… hum hum… comment dire… CJ merci de redorer l’image bien terne de notre peuple 😎 jusqu’ici on n’avait que thierry henry et raymond domenech pour s’en charger. Si tu ne t’étais pas exclamé vive la france, ils auraient pu penser que tu étais norvégien, mais là, on repart pour 30 ans de f****** froggies. Valérie : courage !! les enfants : tenez bon !!!

    bon sinon on a retrouvé le baby-foot, vivement qu’on le récupère et qu’on puisse te remettre une bonne rouste à ton retour CJ 😉

    bises à tous et bon vent
    mele

  11. Maylis Girardeau says:

    Bonjour Léna 😎
    je pense à toi.je sais que tu communiques avec la classe de Claire mais je suis cette année dans la classe d’Odile que tu ne connais pas.
    Dans la classe je suis avec Lucie, maéva, emma jolie. Nos correspondants sont cabanac et villagrin.Ma correspondante s’appelle LéaLou
    En lisant les articles, je vois bien que le voyage se passe bien.tu auras beaucoup de choses à raconter à ton retour
    cet aprés-midi, je vais à l’anniversaire de Cédrine.

    je te fais de gros bisous 😎
    A bientot
    Maylis Girardeau

  12. les Neveu says:

    petit message spécial pour Hugo,
    comme je ne suis pas sûre que tu aies eu mon mail , même si la date est passée maintenant, je te souhaite un très bon anniversaire ! Sur le blog, ce n’est pas très intime, mais ça te parviendra, cette fois ! Grosses bises à tous et à toi, spécialement !
    ta marraine Babette

  13. giber de niel says:

    Pour ceux qui sont en manque de photos et de verve baudchonnesque (pas sûr qu’ils reçoivent les mails perso), vous aurez des nouvelles plus fraîches en allant voir sur le site des”rejou”où vous verrez des images de nos baudchonnet préférés en plein action.
    bonne visite!

  14. Amélie says:

    Les Baudchons ça ne va pas du tout!!! Vous êtes en train de prendre un retard considérable dans vos articles. A en croire votre carte vous avez bientôt traversé toute l’Argentine et pas un seul article depuis le passage de la frontière.
    Va falloir s’organiser : pendant que l’un conduit, un autre tri les photo et écrit les articles, ils seront donc tout prêts quand vous aurez un accès internet.
    Avec le décalage vous risquez ne pas vous souvenir des détails et le regretter plus tard. C’est sympa de relire ses propres articles quelques mois ou années plus tard. C’est laborieux mais ça en vaut le coup.
    Alors au boulot!!!

    @giber : de quel article du blog des ‘rejou” parles-tu?

  15. giber de niel says:

    Pour Amélie
    Pour le blog des Rejou, il faut cliquer dans la liste des blogs des voyageurs conseillés par les baudchon. D’ailleurs c’est là où on a trouvé ton blog que l’on lit régulièrement et que l’on apprécie.Aux dernières nouvelles, tout va bien et ils vont vers le sud.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *