Baudchon Baluchon – Valérie & Christian Baudchon Rotating Header Image

Sur le lac Titicaca

Le lac Titicaca : bleu, et rien d’autre !

Ce 13 février 2010, près du lac Titicaca, situé sur l’altiplano à une altitude de 3800 mètres, nous apercevons une vieille dame avec ses habits colorés juste à côté d’une jolie petite ferme en adobe (un mélange de paille, d’argile et de cailloux), nous nous arrêtons sur le bord de la route pour prendre une photo. Les habitants nous invitent à visiter leur demeure et nous font goûter de petites pommes de terre qui se mangent avec une espèce d’argile. Ils nous expliquent avec quels outils ils cultivent leur lopin de terre, outils fabriqués par leurs soins et quelque peu rudimentaires. Nous visitons aussi leur maison, très très rustique et observons la manière dont ils filent la laine d’alpaga et la manière dont ils la tissent ensuite.

 

Des matelas comme en voit plus !… et pas si inconfortable que ça !

Nous leur achetons même un petit tapis bien doux ! A la fin, ils nous montrent leur petit enclos à cochons d’inde, que nous caressons, tout en sachant qu’ils ne vont pas tarder à passer à la broche ! Et d’ailleurs, le nom espagnol du cochon d’inde, le cuy, est à mourir de rire puisqu’il se prononce “couille”!!!
Nous reprenons la route pour Puno, la grande ville au bord du lac Titicaca. Nous trouvons un parking gardé à côté du port, une espèce de terrain vague un peu sinistre et pas très propre mais au moins le tampicar est en sécurité … Nous adorons prendre les mototaxis pour aller au centre ville, ils roulent comme des fous pour notre plus grand bonheur (mais pas celui des parents qui flippent …)
La première chose que nous visitons à Puno est le bateau à vapeur Yavari, commandé au 19ème siècle par le gouvernement péruvien à l’Angleterre puis transporté par bateau en pièces détachées jusqu’au port d’Arica puis à dos de mules jusqu’au lac : six ans de transport ! Il a été longtemps à l’abandon mais une association le rénove actuellement et il pourra sans doute bientôt renaviguer.
Très escarpée, l'Île de Taquile offre de magnifiques paysages ... pour certains !Le lendemain, nous partons sur le lac en bateau visiter les Îles flottantes ou Îles des Uros. Lorsque nous arrivons, on nous explique comment elles sont faites : il y a deux mètres de racine et de tourbe flottante, et deux mètres de roseaux renouvelées tous les ans. Les habitants y vivent du tourisme et de l’artisanat. Nous repartons ensuite pour l’Île de Taquile, qui n’a pas grand intérêt car on y a mangé, et y avons seulement vu une petite danse pour les touristes (pas terrible). Pendant cette journée, nous avons sympathisé avec un couple de français avec leur petit garçon, Sam et France et Côme (2 ans). A cause d’eux, maintenant, le Lac Titicaca est pollué parce qu’ils ont laissé tomber dans l’eau la culotte de Côme, qui était bien remplie ! Et nous avons fini la soirée au restaurant avec eux et un de leurs ami, Xavier, qui travaille à Lima. En fin de compte, j’ai bien aimé le lac Titicaca !

Article écrit par Hugo à Huaraz, Cordillera Blanca, Pérou, altitude 3090 mètres et une température de 20 degrés.

Commentaire du Papa : Hugo ne dit pas que l’Île de Taquile, qui est à trois heures de bâteau de Puno, tout comme les îles de jonc, font l’objet d’une exploitation touristique qu’on ne peut pas vraiment déplorer, puisque elle contribue au développement ou au maintien des communautés concernées, mais côté touriste, il faut bien admettre que le système est bel et bien en voie de disneylandisation. Un conseil pour la route, si vous passez par là et ne pas faire l’erreur que nous avons faite : pour Taquile, emmenez votre casse croute et profitez des maigres 2 heures de présence sur place pour vous balader dans le paysage incroyable et unique de ce lieu à part, où le costume, comme encore dans certaines parties des Andes, est toujours de mise dans la vie de tous les jours, pas seulement pour les photographes dégarnis et repus du type de moi-même 🙂 . Le repas qui y est offert est identique à ceux qu’on vous propose sur le port, plus cher, et pas authentique pour un sous, et vous bouffe tout le temps disponible pour la balade, intérêt majeur de site qui reste exceptionnel (si vous ne prenez pas le temps de dormir sur l’île, bien sûr). Quand à  l’effervescente capitale de la rive péruvienne du Lac, elle ne se limite pas seulement à notre miteux mais bien surveillé parking : dès que vous éloignez de l’avenue principale où les rabatteurs en tout genre vous sautent littéralement dessus, vous tombez dans un autre monde. En particulier, le marché alimentaire de Puno qui s’étire du marché couvert à une des artères de la ville est un voyage à lui tout seul. Tout le petit monde paysan vient là vendre ses pommes de terres, poulets – stockés dans des conditions qui vous dissuadent de tenter l’aventure … -, épices, plantes, gris-gris et  offrandes, marmites bouillonnantes … Incroyable ! Mais, point de photos : rien qu’en m’y baladant, je m’y sentais trop différent, et même un peu regardé de travers. Et je n’avais même pas mon tee-shirt jaune, alors … Enfin, pour compléter la prose du fiston, une anecdote relative au paysan qui vendait son artisanat. Il nous a montré les outils avec lesquels il travaille – j’ai mal au dos pour lui ! – et nous a montré en même temps, tout près de la cage à cuy (je ne peux pas m’empêcher, désolé) un petit arbre, de trente centimètres de haut. Kesako ? Quand l’arbre sera plus grand, c’est lui qu’il coupera pour tailler ses nouveaux outils … Ça s’appelle de l’investissement, non ?

Article posté du Mac Donald’s de Guyaquil, en Equateur !


13 Comments

  1. mele says:

    hello la famille Baluchon !
    merci Hugo pour ce récit du lac Titicaca ! avez vous mangé des cuy ? (sans jeu de mots douteux !)
    j’adore l’anecdote de l’arbre à outils 😉
    sinon vous êtes déjà en équateur, que de kilometres parcourus ! vous rayonnez toujours sur les photos, même sans t-shirt jaune…
    à gradignan le printemps se fait attendre… les grues sont passées il y a une semaine, mais aujourd’hui encore les températures sont négatives. dimanche à venir, premier tour des élections régionales… et vous n’êtes pas là pour soutenir jean lassalle, quel dommage :p
    sinon, verifiez bien que chloé n’a pas embarqué une famille cuy dans la soute à bagages pour renouveller sa garnison de petshops. En remontant vers quito si vous passez par la route des andes, ne manquez pas le marché de saquisili, authentique !! et au nord de quito, l’escapade à mindo est superbe pour ses fermes à papillons (l’animal le plus sympa à photographier) et ses fermes à orchidées remplies de colibris (le pire animal à photographier).
    gros bisous à vous 5,
    la famille cuvelier

  2. vedrennne says:

    Encore des textes et images qui nous transportent au bout du monde!! un bout du monde que j’adore et pleins de bons souvenirs pour nous aussi.

    Bonne route

  3. Vilcanota says:

    Bonjour à tous,
    Bravo à vous pour votre superbe voyage, se sera bientôt mon tour!
    Pour le Papa qui a rédigé une partie sur Taquilé.
    Je suis allé sur Taquilé en 1998 et j’y suis resté trois jours dont deux nuits en couchant chez l’habitant. Evidemment car il n’y a pas d’hôtel sur cette merveilleuse île. Les habitants de Taquilé ont leur propre gouvernement, ils ne sont pas soumis au impôts ou aux lois des péruviens. Ils ont une autonomie complète. Les prix sont élevés, ah oui peut être mais ils n’ont que le tourisme et de maigres cultures pour vivre. Les fêtes en juillet sont exceptionnelles, il faut les vivre, rien de comparable ailleurs. Bonne continuation. Un futur camping cariste en AmSud.
    J’adore votre site je le parcours depuis un bon bout de temps, continuez à nous faire découvrir et avec le sourire ces superbes régions.

    1. ChristianJules says:

      Navré si je me suis mal exprimé, et en tout cas un peu vite, sur l’Ile de Taquile. Evidemment, pas question de ne pas recommander une visite sur cette île extraordinaire, de toute beauté et dont la population semble vivre hors du temps. Ce que je voulais simplement dire, c’est que si vous ne disposez que des deux heures laissées par la tournée “règlementaire” des bateaux touristiques, je me suis dit qu’il vallait mieux la mettre à profit pour se promener sur l’île, quitte à amener un bon sandwich et à acheter l’artisanat et quelques confiseries sur l’île – car effectivement les ressources financières apportées par le tourisme sont extrêmement importantes pour cette communauté hors du commun … C’est tout ! Et bien sûr, la meilleure des solutions – un planning un peu chargé pour la suite du mois nous en avait dissuadé – c’est de faire ce que vous avez fait : passer une nuit ou deux sur place, chez l’habitant. Pour moi, ce sera pour la prochaine fois ! Car il y en aura certainement une …

  4. Amélie says:

    Les photos sont de plus en plus belles, tu t’es drôlement amélioré (non pas que tu été mauvais avant)

  5. Amélie says:

    noooooon je peux pas supprimer ou corriger mon commentaire avec ma faute toute laide… 🙁

  6. Ludivine says:

    Bonjour,

    Nous sommes des lecteurs très assidus de votre site, et oui, vous alimentez notre rêve…Le départ étant prévu pour mai 2012.
    Nous attendons toujours avec impatience vos articles !
    Bonne continuation.

    Ludivine & Nicolas et les 4 têtes brunes !

  7. François Bayrou says:

    Là, si j’avais su, je serais venu avec vous.
    Quand je pense que je me suis fait mettre une claque par des gens qui se disent français mais ne savent même pas reconnaître mes mérites, y a de quoi se foutre en l’air, nom de dieu de bordel de merde !!
    Pourtant, c’est moi le meilleur, je l’avais dit avant le PS, que Mössieur Sarkozy y savait pas y faire ! Et ki sé ki me grille sur la ligne ? Europe Ecologie. Oui ma p’tite dame
    Ben tiens, et puis encore !
    Et maintenant, je vais ramer et ramer et ramer, autant aller directos à la chasse à la perdrix, au moins ça me fera un bon gueuleton. D’ailleurs, j’y pense, j’ai une bonne bouteille qui me reste. Bien chambrée, ce sera toujours mieux que d’écouter les salamalecs de congratulation des afferux du bon goût social et naturel.
    Entendez-moi bien : encore un coup comme ça et je vote FN.
    Alors molo avec les photos plein de bleu et des visages souriants. Moi j’ai pas envie de sourir.
    Même si j’aurais du venir avec vous.
    Allez la bise,
    François

  8. Johnpilafmachinchose says:

    C’est vrai elle est énorme la faute d’Amélie.
    Mais en fait, c’est pas la première fois, elle en fait des tonnes.
    Celle-là quand même, elle est gratinée,
    Grosses bises Amélie
    Le Beauf

  9. François Bayrou says:

    Là, j’enrage,
    Je viens de laisser un mot long comme le bras, et hop, disparu.
    c’est bien la peine.
    On m’épargne rien, dans ce bas monde.
    Mais on m’aura pas comme ça.
    Donc je disais, bordel de merde : j’aurais du venir avec vous !
    Eh oui, ben oui, eh quoi, ça vous étonne ?
    Attends, vous êtes aveugles : je me casse le cul pendant des années et là, hop, EE (y font les malins avec EE, ça veut dire Europe Ecologie, j’vous explique), là hop, ils me grillent et font 3 fois plus que moi.
    Attends, qui c’est le futur président ?
    Dany ou moi, allez on est sérieux maintenant !
    Bon donc, si c’est pour voir toutes ces avanies et être avec des guignols, moi je dis que j’aurais du venir avec vous.
    Ahhhtention, j’ai pas dis que vous êtes des guignols, au contraire.
    Moi, à des gens qui crament des tonnes de fioul rien que pour emmerder José Bové, là je dis chapeau.
    Donc, j’aurais du venir avec vous.
    Ca a l’air sympa, vot’ trip. Une image par ci, une grillade par-là, c’est léger, mais ça change des canassons béarnais. Un coup on s’incruste chez les autochtones, un coup on squatte une station-service, c’est varié et pas cher. Au moins, pour le prix d’une campagne (de pub j’veux dire) on en met plein les mirettes aux gamins.
    Ahhhh les gamins. Ca m’refais penser, quelles bandes d’abrutis ces français, y en pas 1 sur dix qui a eu le courage de voter pour moi. Incroyable ! Moi, je pense bien à moi. Et eux, y font quoi ?
    Allez ca y est je suis reparti, non faut que j’arrête.
    Vrai, j’aurais du venir avec vous !
    Mais, bon, 2012 approche, faut choisir entre routier et être Le Patron.
    Allez, on s’en jette une quand vous revenez,
    Grosses Bises
    François

  10. Mele says:

    Ce bon françois a comme un air de pilaf… 😉 vous avez encore le temps d’envoyer vos procus j’irai voter lassalle en votre nom dimanche… Ou pas. 😎
    bises et dépêchez vous de chroniquer !!!

  11. Johanne says:

    Ravie de vous retrouver avec les commentaires d’Hugo sur le lac Titicaca et les îles flottantes !
    Profitez bien du Pérou … ici, le beau temps est revenu avec des températures printanières.
    On se régale toujours autant avec votre site…
    Continuez à bien profiter de cette belle aventure !
    Johanne et Arnaud.

  12. vilcanota says:

    Pour Christian Jules,

    Je vous souhaite de retourner vivre ces moments fabuleux sur le Pérou et sur Taquilé, juillet est la meilleure période pour visiter ce pays, car c’est l’hiver austral, il fait froid mais super beau. Sur mon site j’ai mis quelques pages et photos d’un trek qui date de 98, il y a aussi Taquilé.
    Maintenant je comprends mieux que n’ayant passé que deux heures sur cette ile, vous ayez choisi cette solution. Je devrais y retourner en juillet 2012 après avoir fait tout le sud pendant deux ans.
    Bon courage si vous êtes rentrés au pays et longue route aux jeunes!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *