Baudchon Baluchon – Valérie & Christian Baudchon Rotating Header Image

santa ana

Les missions boliviennes : grande et petites histoires

La mission de Santa Ana, en Bolivie

La mission de Santa Ana, en Bolivie

Quand on parle des missions, on pense souvent aux missions argentines (que nous avons visitées au début de notre périple, avec bonheur), et moins souvent aux missions boliviennes. Et pour cause  : l’accès est légèrement plus difficile !
Mais le résultat vaut le coup : là où les missions argentines ne vous offrent que des ruines (mais vraiment magnifiques), les missions boliviennes – certes de taille un peu plus modeste – sont vraiment bien préservées et surtout très bien restaurées. Résultat, sur une boucle de quelques centaines de kilomètres de piste, vous accédez à un voyage dans le temps et dans l’histoire, au coeur d’une Bolivie assez éloignée de l’image que nous en avons habituellement : la Bolivie brulante et aride (en tout cas en saison sèche !) de l’est et des plaines, coincée entre le chaco, le pantanal, les andes et l’amazonie. Les portions de jungle y alternent  avec le cerrado (la savane locale), quelques zones marécageuses – presque à sec en cette saison – qui vous donnent l’occasion de passer sur de petits ponts en bois qui semblent littéralement agoniser à chacun de vos passages, et évidemment de nombreuses estancias – les fermes, dont vous n’apercevez que les beaux portails en bois, peints de manière rustique mais arborant toujours fièrement leur emplacement – le comble de pittoresque quand vous voyez que le portail n’est que l’accès qui mène éventuellement à la ferme elle-même située 20 ou 30 kilomètres plus loin, par une minuscule piste ou passent pourtant les gros camions qui nous doublent épisodiquement.
Pour ce qui est des missions elles-mêmes – las reducciones comme l’indiquent certains guides, et las chiquitanias comme ils disent ici, du nom des indiens chiquitos qui peuplaient et peuplent la région – c’est un véritable coup de coeur. Et si d’aventure vous visitez un jour cet endroit, n’oubliez pas d’avoir en tête le film Mission, le rappel historique vaut le coup et a le mérite d’installer immédiatement la scène !
(pause dans l’écriture de l’article : Hugo vient de rentrer dans le camping-car, en rigolant tout ce qu’il peut : il s’est fait courir après dans la rue, par une fille qui essayait de le prendre en photo avec son téléphone portable … et il ne s’est même pas laissé faire, motif invoqué – le sourire jusque aux oreilles – “Léna m’a tellement énervé que j’avais envie de faire un truc mal !”). (more…)